All Posts By

admin

Mon Choco

La délicieuse aventure de MonChoco est le fruit d’une histoire d’amour entre la terre et les Hommes. Dans leur atelier situé en plein cœur d’Abidjan, ils confectionnent à la main et avec soin des produits reflétant le goût exceptionnel du terroir ivoirien. Les fèves de cacao, ainsi que l’ensemble des matières premières, sont issues des plantations biologiques et équitables de Côte d’Ivoire.

Ils ne sont qu’une poignée de chocolatiers dans le monde à fabriquer leur chocolat de A à Z, et uniques en Afrique pour leur confection crue. L’absence de cuisson des fèves permet de conserver au mieux les propriétés gustatives et nutritionnelles du cacao.
Cru, le chocolat révèle la véritable saveur des fèves de cacao et notre corps profite de sa riche teneur en antioxydants, fibres, protéines, minéraux et oligo-éléments. Ce travail appliqué de création prend plusieurs jours et cette patience est promesse de délicatesse et de générosité. Naturellement végétal et sans gluten il satisfait les palets les plus exigeants.
La pureté de ce chocolat se reflète également dans l’absence d’additifs tels que le beurre de cacao et la lécithine.

 

Hlabisa banc – Afrique du sud

La designer de meubles et de produits Thabisa Mjo s’est associé à Houtlander et au maître tisserand Beauty Ngxongo pour créer le banc Hlabisa. Un objet saisissant présentant le meilleur du design, de l’artisanat et de la technique sud-africains qui est devenu un classique instantané. La collaboration est née lorsque le commissaire de Révélations, une biennale des métiers d’art et de la création à Paris, a invité Thabisa à participer à l’événement 2019. Le banc Hlabisa s’inspire des souvenirs des visites d’enfance de Thabisa pour voir sa grand-mère au KwaZulu-Natal. Marquées par une silhouette originale, les courbes ondulantes du dossier du banc imitent les collines vallonnées du paysage local, tandis que les pieds rappellent les pots potjie (un pot à trois pieds à ventre rond) que sa grand-mère utilisait, et sur lesquels se trouvent trois spacieux sièges invitant les gens à s’asseoir un moment.

Les couleurs de la chambre

Chez Farrow and Ball :

Pour une palette qui convient à tous les âges, essayez cette combinaison simple mais surprenante d’Ultra Marine Blue et de Snow White. Ce bleu richement pigmenté est assez lumineux pour donner du caractère à n’importe quelle pièce tout en créant un environnement apaisant pour le sommeil. L’association classique d’une couleur de mur plus forte avec des bordures blanches forme aussi une toile de fond intemporelle pour les personnalités changeantes des enfants – réalisez-la avec les finitions résistantes et lavables Modern Emulsion et Modern Eggshell, et vous avez tous les ingrédients pour obtenir une combinaison durable.

Textiles Chelsea:

Chelsea Textiles, en collaboration avec le principal studio de design d’intérieur Turner Pocock, est ravi d’annoncer une collaboration en matière de mobilier, The Bobbin Collection. Cette collection sera lancée en septembre 2020 et la gamme complète sera disponible dans leur boutique Pimlico Road du 14 au 25 septembre. Chelsea Textiles, 40-42 Pimlico Road, Londres ou visitez chelseatextiles.com

http://theglitterguide.com/

Pendleton USA

Pendleton

Une tradition artisanale américaine fondée par une famille il y a plus de 100 ans. En 1863, un jeune tisserand anglais nommé Thomas Kay eut la vision d’élever ses propres moutons et de produire sa propre laine en Amérique. Sans terre convenable, Kay a navigué sur la côte atlantique et sur la côte Pacifique à la recherche de l’emplacement idéal. Après quatre mois en mer, Kay s’est arrêté dans le dernier État américain, l’Oregon. Une fois installé,il a construit son propre moulin familial puis a transmis son travail à sa fille. De la création de la première usine de laine de Pendleton en 1893 à l’établissement de liens commerciaux avec les communautés autochtones américaines, Pendleton a contribué à renforcer l’héritage de son père. Comme son père l’a fait pour elle, Fannie a transmis la tradition familiale à ses trois fils en 1898. Moins d’un an plus tard, un nouveau département de finition de la laine était opérationnel et les premiers produits de laine finis ont été échangés, jetant ainsi les bases de Pendleton Woolen Mills . Aujourd’hui, la tradition d’innovation en laine et textile établie par Thomas Kay et sa famille sous-tend tous les produits Pendleton.

Pendleton apporte plus d'un siècle d'expertise dans la fabrication 

Aujourd’hui, Pendleton est profondément liée à la population amérindienne. Depuis les débuts, les concepteurs de patrons ont pris soin de se renseigner sur les traditions, les mythologies et les préférences de conception des clients autochtones. Dans les premières années, Joe Rawnsley, qui était considéré comme un talent doué sur le métier à tisser jacquard, a passé du temps avec des tribus locales dans le nord-est de l’Oregon pour comprendre les préférences de couleur et de design. Il interprétait ensuite les idées glanées en conceptions de couvertures à l’aide de technologies modernes qui pouvaient exprimer des motifs beaucoup plus en détail et dans des couleurs plus vives que celles qui pouvaient être exprimées par les méthodes de tissage traditionnelles. Avant l’introduction des techniques d’usinage, les couvertures traditionnelles étaient fabriquées à partir de peaux ou de peaux d’animaux plus petits qui avaient été cousus ensemble ou tissés à partir de laine, de plumes, de duvet, d’écorce et de coton; et, dans certaines régions, de l’écorce de cèdre déchiquetée. Finalement, la nature durable des couvertures en laine leur a valu une grande valeur dans le commerce – et plus elles sont lumineuses, mieux c’est. Alors que la plupart des premières couvertures commerciales étaient des plaids et des motifs de blocs, les couvertures tissées jacquard aux couleurs brillantes et aux détails nets sont devenues très populaires au sein de la communauté autochtone et intégrées dans les usages quotidiens et cérémoniels. L’écrivain et artiste navajo Rain Parrish a documenté la signification culturelle de ces biens précieux de marque dans diverses œuvres. «Nous accueillons nos enfants avec une petite courtepointe faite à la main ou une couverture Pendleton», écrit Parrish dans The Language of the Robe: American Indian Trade Blankets. « Pour honorer [le mariage d’un couple], le corps de la femme est drapé d’un châle Pendleton et celui de l’homme d’une robe Pendleton. » Aujourd’hui, les couvertures Pendleton continuent de jouer un rôle important dans les communautés autochtones d’Amérique du Nord.

Atelier Vavin – Paris

ATELIER VAVIN est une marque de broderie contemporaine fabriquée en France. Elle associe la pratique d’une activité artisanale, le design, le savoir-faire et l’innovation.Toutes les créations sont uniques, conçues et réalisées dans leur atelier Parisien. Valérie, la fondatrice, graphiste passionnée d’art, a découvert la broderie il y a une dizaine d’années.
Une vraie passion qui la mènera jusqu’à la prestigieuse Ecole Lesage où elle apprend, à un niveau professionnel, toutes les techniques de la broderie d’art. La création d’ATELIER VAVIN était alors, pour elle, la possibilité de continuer à travailler dans ce domaine et de partager ses découvertes et ses réalisations.
La créativité et l’artisanat sont deux mots clefs de l’identité de la marque.

ATELIER VAVIN, de façon pleinement réfléchie tient à recycler, redonner vie, embellir. Ainsi, Valérie a imaginé une gamme de produits bio pour une modernité éco-responsable. Elle crée, dans son atelier Parisien des teintures entièrement naturelles selon des procédés écologiques, aux nombreuses vertus pour notre planète comme pour notre santé.

L’atelier utilise des matières à faible empreinte environnementale telles que le coton biologique et le lin, des tissus, des fils, des laines,
des fils certifiés Global Organic Textile Standard (GOTS).
Respectueux de l’environnement, l’Atelier Vavin valorise ses déchets et réutilise les chutes de tissu.
Les emballages sont en kraft et papier recyclé.

Cabana – Londres

Fondé par Martina Mondadori Sartogo en 2014, Cabana Magazine vise à inspirer une nouvelle génération de globe-trotters, en les emmenant dans un voyage à travers la sophistication, la collection obsessionnelle, les couleurs et les tissus. La publication semestrielle est un objet d’art de collection en soi, de ses partenaires de couverture avec Pierre Frey, Gucci, Dedar et Etro à ses photographies saisissantes et ses mises en page uniques. C’est vraiment une célébration du magazine, son traitement graphique , la superposition de bordures embellies sur un éventail de beaux types de papier, et les variantes de chaque numéro de couverture, offrent aux lecteurs une expérience vraiment immersive dans le monde de Cabana.

  Inspirée des pages du magazine, la collection d’articles de maison Casa Cabana est conçue en interne et soigneusement fabriquée à la main par des artisans du monde entier. Les produits pour la maison vont de la vaisselle au linge de table en passant par les meubles d’appoint. Cabana dispose également d’un cabinet de curiosités et de pièces vintage uniques que Martina a assidûment collectionnées dans les marchés aux puces et les antiquaires au cours de ses voyages.

Horror Vacui – Berlin

Se prendre pour Alice au pays des merveilles

HORROR VACUI , qui signifie la peur du vide apparaît dans de nombreux domaines de la vie artistique et intellectuelle et sert de source d’inspiration à Anna Heinrichs. En psychologie, le principe de «l’horreur vacui» est lié à l’instinct humain de décorer son environnement. Dans les disciplines artistiques et visuelles, l’horreur vacui est l’envie de remplir tous les espaces vides de toutes sortes de détails. La capacité de surmonter cet instinct est considérée comme un signe de maîtrise de soi – le «vide» devenant de bon goût. Cependant, le terme lui-même est beaucoup plus ancien que la théorie de l’art moderne. Dans la Grèce antique, c’était un postulat d’Aristote, selon lequel un vide dans la nature ne peut pas exister. Avec HORROR VACUI, Anna Heinrichs redéfinit cette dimension: des couleurs passionnantes, des motifs modernes, des matériaux inattendus et des techniques de coupe élaborées, une inspiration assumée des costumes anciens, transforment les bases monotones en pièces de caractère. HORROR VACUI célèbre le caractère et l’individualité. CULTIVER LA DIVERSITÉ

Johanna Ortiz – Colombie


Des imprimés de fleurs luxuriantes, les volants exubérants et la sophistication de l’AMÉRIQUE DU SUD ont séduit les femmes internationales à la recherche d’un sens exubérant de JOIE DE VIVRE

Mina Perhonen – Tokyo

Minä perhonen est une marque de mode fondée en 1995 par la créatrice Akira Minagawa. Les vêtements ne perdent pas leur attrait avec le temps. Les modèles sont créatifs, les textiles narratifs, les imprimés exclusifs les broderies minimalistes. Ils développent de nouveaux matériaux et techniques, en collaborant avec de nombreux centres de production au Japon et à l’étranger. Le nom du label minä perhonen provient du finnois car la créatrice est tombée amoureuse de la culture scandinave lors de son premier voyage en Finlande à l’âge de 19 ans. Minä signifie «  je  » et perhonen est «  papillon  » avec le souhait de faire de nombreux beaux dessins comme ceux des ailes de papillons. Mina Perhonen est un délicieux mélange de cultures.

Ulla Johnson – New York

Née et élevée à Manhattan, fille d’archéologues, Ulla Johnson a perfectionné son style signature entre les rues de New York et les destinations lointaines de ses voyages en famille. Sa ligne éponyme, fondée en 1998 juste après son diplôme universitaire, a immédiatement attiré l’attention de la presse de la mode.

Ulla Johnson est une marque haut de gamme, mais les pièces sont travaillées artisanalement, dans de petits ateliers et c’est tout un savoir faire mondial qui est utilisé intelligemment . Les artisans sont au Pérou, en Uruguay, en Inde, au Kenya, Brésil, Ghana et aux Philippines. Elle travaille en étroite collaboration et de façon continue avec ces ateliers, en fournissant un travail régulier et un développement économique durable, en particulier aux femmes des petites communautés rurales.

Credit Ulla Johnson